Newsletter Biodiversité et business

Article publié le 14 juin 2017


Biodiv go


La biodiversité investie le monde des jeux sur téléphone. Sur le modèle de Pokémon Go, le jeu Biodiv go propose ainsi aux utilisateurs de découvrir les espèces animales et végétales qui les entourent à travers des défis géolocalisés dans l’espace public. 

Imaginée par deux Montpelliérains, fondateurs de la start-up Eneo, Biodiv Go propose donc aux jeunes et au moins jeunes un jeu pédagogique détaillant pour chaque espèce son portrait-robot avec des informations en tout genre : où elle vit, ce qu’elle mange, mais aussi des anecdotes.
Si pour l’instant Biodiv go propose une cinquantaine d’espèces végétales et d’insectes de la région Montpelliéraine, le jeu devrait rapidement intégrer de nombreuses autres espèces dont des mammifères grâce à son  partenariat avec la LPO et Tela Botanica. Les deux associations accompagnant la start-up dans son travail de référencement des espèces.
« Les défis sont géolocalisés et se déclencheront en fonction de l’endroit où se promène l’utilisateur, explique Charles Moszkowicz. S’il est en ville, en forêt ou à proximité d’un cours d’eau, le jeu ne déclenchera pas les mêmes missions. »
Derrière le jeu, la vocation première de Biodiv Go est bien de faire prendre conscience de la richesse du patrimoine naturel et pourquoi pas former les nouvelles générations de botanistes.
Disponible à partir du 20 juin uniquement dans la région de Montpellier le jeu a déjà été repéré par le Ministère de l’Environnement qui a intégrée Eneo depuis septembre à la première promotion de Green Tech Verte, l’incubateur de start-up de la transition écologique. « Des villes voient aussi dans Biodiv Go un outil original pour faire (re) découvrir leur patrimoine et attirer leurs touristes », poursuit Charles qui y voit alors un modèle économique en faisant de ces communes des clientes.



Linked in Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


Retour